Vin de l’été : Le rosé plaît aussi en Val de Loire

APÉRO En quelques années, le vin rosé est devenu quasiment incontournable. La France voit la vie en rose, la consommation de vin rosé n’a jamais cessé de progresser. Elle a même triplé ces vingt dernières années. Aujourd’hui, une bouteille de vin sur 3 vendue est une bouteille de vin rosé. Les expressions employés par les amateurs de plus en plus nombreux le confirment : « un goût vraiment agréable », « un vin qui plait à tous », « simple et frais », « ce sont des vins rafraîchissants, fruités et aromatiques ».

Gérard Bardon

Le rosé semble correspondre parfaitement à l’évolution des nouvelles tendances de consommation, s’adapte mieux au nouveau style de vie : des repas moins structurés, développement des apéro dînatoires, cuisine diversifiée voire exotique, de la convivialité avant tout et du plaisir immédiat. C’est une vision différente du vin, moins réservé aux « connaisseurs », un vin de liberté. Longtemps en disgrâce, avec des remarques du genre « ce n’est pas du vrai vin », il est aujourd’hui plébiscité et les femmes l’ont préempté. Le rosé est un vin de l’instant, un vin d’émotion, un vin festif, ludique et simple. Il est dans l’esprit du temps et souvent associé aux moments de joie, sincères, conviviaux et décontractés de la vie. C’est un vin de partage et de fête surtout en période estivale.

Les rosés de la région

Les rosés de la région se répartissent sur l’Anjou, la Touraine, le Berry, la Sologne, l’Orléanais… Ils sont très marqués par le caractère des cépages qui les composent et par les terroirs où ils sont élevés. La production rassemble aussi bien des vins légers que des vins plus charpentés. Résultat, les rosés sont actuellement parfaitement adaptés aux nouveaux modes de consommation : faciles à boire, fruités, parfaits pour les moments entre amis et pour les barbecues, tapas, planchas… Contrairement à certaines légendes, le vin rosé n’est pas issu du mélange de vin blanc et de vin rouge. Le vin rosé demande beaucoup de savoir-faire pour son élaboration :

– Le rosé de macération, élaboré à partir de raisins noirs mise en cuve jusqu’à 24 heures avant le début de fermentation afin que les grains libèrent la pulpe, la peau, les pépins et le jus de raisin. Après une courte période de cuvaison, on presse le moût pour séparer la peau, les pépins du jus que l’on met seul à fermenter.

– Le rosé de pressurage : Cette technique consiste à presser directement les grappes entières après la vendange. Une fois le jus récolté, il est mis en cuve et la fermentation débute. Dans ce cas, le rosé possède une robe plus claire que le rosé de macération.

– Le rosé de saignée est obtenu à partir d’une vendange mise en cuve, destinée à produire du vin rouge. Après quelques heures de macération, on prélève (on saigne) une partie du jus qui a déjà pris une teinte rosée, pour le vinifier à part. Plus la saignée est courte, plus le rosé est clair.

La majorité des rosés sont faits pour être consommés dans l’année qui suit leur mise en bouteille. Certains peuvent se conserver un an, voire deux ans après. D’autres peuvent même vieillir. Moins riches en tanins, la plupart sont moins taillés pour la garde néanmoins. La couleur du rosé n’est pas un gage de qualité, elle donne en revanche des indices sur la méthode de fabrication et la provenance. Une multitude de couleurs existe pour les vins rosés. La tendance est au vin rosé assez clair. Les rosés ne sont pas tous identiques, cela dépend de l’endroit où il a été élevé. Il y a des rosés légers, fruités, très fins qu’on boit très jeunes et plutôt à l’apéritif, ainsi que des rosés un peu plus structurés qui peuvent être servis en repas. Succès de couleur et reconnaissance gustative au point que le rosé représente un tiers des vins consommés par les Français. Et si la France reste le premier producteur de rosé au monde, on peut se flatter d’afficher des crus de qualité de la Provence au Languedoc, en passant par le Val de Loire, les côtes du Rhône, la Bourgogne, Bordeaux…

Quel succès ! A consommer avec intelligence, avatar vertueux de la modération!


Le rosé, roi de l’été

Le rosé pamplemousse

Une bouteille du rosé de votre choix, du sirop de pamplemousse maison ou acheté dans une surface commerciale. Versez un trait de sirop dans un verre, ajoutez le rosé frais et éventuellement des glaçons.

Le rosé limé

Une bouteille de rosé, 50 cl de limonade, 1 citron non traité. Versez le rosé et la limonade glacée dans un pichet. Ajoutez un citron non traité coupé en rondelles, mélangez et servez.

Le rosé grenadine

Même principe que le rosé pamplemousse, une dose de grenadine au fond d’un verre, ajoutez le rosé et les glaçons.

La sangria au vin rosé

La sangria se prépare la veille de la dégustation, pour bien laisser macérer les fruits : oranges, fraises, framboises, du sucre ainsi qu’un peu de Cointreau.

Un conseil

Si votre rosé n’est pas frais, n’hésitez pas à utiliser des glaçons, mais pas n’importe quels glaçons. Achetez des raisins variété Italia (gros grain) puis mettez-les au congélateur. Ils deviendront des glaçons chics et qui auront la vertu de ne pas diluer le vin.


Quelques bonnes adresses

• Domaine de la Desoucherie
Christian et Fabien Tessier – Cour-Cheverny (41)
www.christiantessier.fr

Situé sur le point le plus haut de la commune de Cour-Cheverny, à
9 km du château de Chambord et à 5 km de celui de Cheverny, le vignoble de la Désoucherie peut se prévaloir d’une histoire familiale longue de plus d’un siècle et qui se perpétue encore aujourd’hui.
« Harmonie », Cheverny rosé. Elaboré à base de gamay et pinot noir. Vin d’été, couleur saumonée, beaucoup de fraîcheur. A servir sur grillades et repas froid.

• Domaine de la Charmoise
Henry et Jean-Sébatsien Marionnet – Soings-en-Sologne (41)
www.henry-marionnet.com
Le domaine de la Charmoise est situé à 30 km au sud de Blois.
Rosé Rupture : Sa couleur, à cause de la macération de 24 heures, est splendide, et il nous donne au nez et en bouche, une riche palette de fruits et de fleurs. On lui trouve des notes d’abricots, de fraises et de cerises.

• Domaine de la Renne
Saint-Romain-sur-Cher (41) – www.domainedelarenne.fr
Le Domaine de la Renne est situé à Saint-Romain-sur-Cher, sur la rive droite du Cher, aux portes de la Sologne à l’est et de la Touraine à l’ouest, sur la route des Châteaux de la Loire et proche du zoo-parc de Beauval.
Touraine Rosé « Ciel de Loire » : Ce vin rouge à jus blanc, au fruité remarquable, donne un vin tout en finesse et en légèreté. Il se sert frais avec toutes les charcuteries, les brochettes et la cuisine exotique.

• Domaine de la Cour Carrée
Oisly (41) – www.oisly.fr/pages/viticulture/vignerons/domaine-de-la-cour-carree.html
Vignerons de père en fils depuis 1899, c’est maintenant au tour d’Eric Angier d’imprimer sa patte sur le domaine de 17 hectares de la Cour Carrée.
Pineau d’Aunis : Rosé de couleur pâle, fruité au goût légèrement poivré, très désaltérant. Il est utilisé aussi pour l’élaboration de fines bulles en méthode traditionnelle.

• Hubert et Olivier Sinson
Meusnes (41) – www.vins-sinson.com
Viticulteurs depuis quatre générations aux confins du Berry, de la Sologne et de la Touraine
AOC Valençay rosé : Ce vin est un assemblage de gamay, pinot noir, côt et pineau d’ aunis. C’est un vin à boire jeune, fruité et gouleyant, qui accompagne merveilleusement les charcuteries et les grillades.

• Château de Quinçay
Meusnes (41) – www.chateaudequincay.com
Viticulteurs de père en fils, la famille Cadart s’active depuis 5 générations à faire vivre avec passion ce Domaine Viticole familial, situé sur les coteaux Sud du Cher.
Pineau d’Aunis : cépage rouge à pulpe blanche vinifié exclusivement en rosé sur notre domaine, il se caractérise par ses notes aromatiques « poivrées ». Accompagne parfaitement charcuterie
« rillettes, rillons de Touraine », repas d’été « buffets, barbecue… »

• Saget La Perrière
Sancerre (18) – www.sagetlaperriere.fr
Avec La Perrière, La Maison Saget La Perrière propose un travail d’ « exploration » des cépages sauvignon blanc et pinot noir.
Sancerre rosé Perrière : Un très joli rosé de pinot noir à la fois gourmand et structuré. Ce cépage vous offre ici un rosé délicat aux arômes très fruités, d’une couleur lumineuse et légèrement saumonée. Ce sancerre rosé vous promet des apéritifs rafraichissants ou encore de très beaux accords sur des mets épicés.

• Domaine de Coquin
Menetou-Salon (18) – www.domainedecoquin.com
Indiqué sur le cadastre de Napoléon, le Domaine de Coquin était déjà présent au Moyen âge puisqu’il dépendait du château de Coquin, château médiéval aujourd’hui disparu, laissant quelques vestiges, témoignages de son existence passée.
Domaine de Coquin : Rosé élégant aux reflets saumonés et dorés. Ses parfums doux et suaves où domine le côté fruité s’équilibrent entre le gras et la nécessaire acidité.

• Le Clos Saint-Fiacre
Mareau-aux-prés (45) – www.clossaintfiacre.fr
La famille Montigny-Piel perpétue la culture et la tradition de la vigne depuis plusieurs générations. Passionnés par le vin, Bénédicte et Hubert Piel sont en constante recherche pour l’amélioration de la qualité de leur production. Tout cela passe par un travail soigné à la vigne et à la cave, respectueux de l’environnement.
Orléans rosé : pinot gris, pinot noir et pinot meunier. Robe rose pâle. Nez frais, acidulé. La bouche prend de la rondeur et une belle palette aromatique.

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email