La Principauté de Boisbelle

Première partie : L’Histoire de Boisbelle

On l’a oublié de nos jours, mais il y avait autrefois au cœur du Berry une principauté indépendante. On l’appelait la principauté de Boisbelle. Elle regroupait les territoires actuels de Boisbelle (commune d’Henrichemont) La Borne (désormais partagé entre Henrichemont et Morogue), une partie de Menetou-Salon (le Fief Pot), et quelques parcelles des communes de Quantilly et d’Ivoy-le-Pré.

La principauté étant répartie sur trois paroisses (Menetou-Salon, Quantilly et Henrichemont), on lui a donné le nom de « royaume des trois paroisses ». La dernière description de la principauté faite par un géographe avant son rattachement au royaume de France date de 1762, elle fut l’œuvre de l’abbé d’Expilly « Boisbelle ou Henrichemont, petite ville, chef-lieu de la principauté souveraine de son nom, en Berry, diocèse de Bourges… Elle comprend la paroisse d’Henrichemont, avec le bourg ou petite ville de Boisbelle qui en est l’annexe; une partie de la paroisse de Menetou-Salon (qu’on appelle le Fief-Pot); et une autre partie de la paroisse de Quantilly. On compte dans l’étendue de cette principauté, treize à quatorze cens feux ou chefs de famille, qui donnent à peu près le nombre de 6300 habitants distribués en plusieurs bourgs, villages ou hameaux. ». Fait notable dans la géographie de la principauté : la résidence du Prince ne se trouvait pas à l’intérieur du territoire, mais aux Portes de celui-ci, en Sologne, dans le château de La-Capel-dam-Gilon (La-Chapelle-d’Angillon).

Les Princes de Boisbelle exerçaient pleinement les pouvoirs d’un souverain. Ils faisaient les lois. Ils rendaient justice. Ils ont même, à certaines époques, battu monnaie. Les sujets de la principauté n’étaient soumis à aucun impôt, ils avaient juste une redevance pour l’Eglise et n’avaient aucune obligation militaire. Le sel étant exempt de gabelle. Les habitants de Boisbelle n’étaient pas les sujets du roi de France.

Les plus anciens seigneurs de Boisbelle identifiés par les historiens sont les Sully. On pense qu’ils ont pris possession des lieux à la fin du IXe siècle, à l’époque, on orthographiait Seuly. Il s’agissait d’une famille de Normands, des pirates qui semaient la terreur dans le royaume des Francs. Ces anciens pillards se sont convertis au féodalisme en même temps qu’au catholicisme; devenus seigneurs, ils s’engageaient à protéger les églises et les croyants qui résidaient sur leurs terres, après quelques générations, ils instituaient le servage et se comportaient en despotes devant ceux que leurs pères et grands-pères s’étaient engagés à protéger. Gilon de Sully est l’un des plus ancien seigneur de cette dynastie.

Au XVIIe siècle, Maximilien de BETHUNE descendant de cette famille voulait reconstituer le grand domaine des Sully. Il allait aussi acquérir Sully-sur-Loire, Montrond, les terres d’Orval, du Châtelet, de Culan, et la principauté de Boisbelle.

Sully constata que sa principauté n’avait pas de capitale, Lorsqu’il venait à Boisbelle, le Prince était obligé de se loger dans le Royaume de France à La Chapelle d’Angillon, dans ce château qu’il a rebaptisé « Château de Béthune ». Il voulut développer la principauté et décida de la doter d’une capitale. Il crée « Henrichemont », en hommage au roi Henry IV. La mort d’Henri IV arrêtera le grand Sully dans sa fondation de cette ville nouvelle. En 1766 Armand de Béthune, descendant du grand Sully vendit à Louis XV la principauté qui intègra alors pour première fois le royaume de France, ce fut la fin de l’indépendance de Boisbelle.

Christophe MATHO

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email