Bourges – L’humour et le vin, une association prometteuse

BEAU PROGRAMME La deuxième mouture du festival Humour et Vin, à Bourges, du 6 au 9 décembre, paraît tout aussi gouleyante que sa devancière de l’an passé. Au programme un tremplin pour de nouveaux talents de l’humour, et des figures plus connues comme Tanguy Pastureau, Didier Bénureau et GiedRé.

                      

La première mouture du festival avait donné le ton pour des moments de partages entre rigolades dans un fauteuil de salle de spectacle et rigolades autour d’une bonne bouteille. C’est pourquoi le duo d’organisateurs, Hélène Emeret et Denis Roumet espèrent que la seconde donne sera une aussi bonne cuvée côté public tant pour les divers spectacles que pour les dégustations. Comme au début de l’hiver dernier, la manifestation veut allier rire et boire, avec modération, en toute convivialité avec une formule qui restera identique en 2018. Pour l’essentiel, d’un côté on retrouvera des spectacles d’humoristes, au théâtre Jacques-Coeur et salle du Duc Jean, et de l’autre un salon des vins, toutes les appellations du Berry devraient être au rendez-vous (mais pas qu’elles), qui se tiendra dans la salle des festins du Palais Jacques-Cœur. Même le graphisme de l’affiche n’a pas changé en hommage à son concepteur décédé voilà quelques mois. C’est d’ailleurs là que réside une des nouveautés, outre l’ajout de la soirée du jeudi, avec la création d’un concours d’affiches ouvert aux étudiants Berruyers. Autre nouveauté, tous les spectacles au théâtre seront précédés d’un court-métrage de Raynal Pellicer, La Mécanique du rire, où l’on retrouve l’humoriste Olivier de Benoist.

C’est la vainqueure du Prix du jury du tremplin jeunes de l’an passée, Doully, qui assurera l’ouverture du long week-end humoristique berruyer, le jeudi 6 décembre, salle du Duc-Jean avec L’Addiction c’est pour moi. Alors que s’ouvreront les portes du salon des vins, vendredi 7 décembre, c’est GiedRé qui prendra possession des planches du théâtre Jacques-Cœur avec son nouveau spectacle, GiedRé est les gens.Dans ce nouveau constacle (un concept qui associe concert et spectacle pour moitié, environ) de chansons inédites écrites et composées pour l’occasion, GiedRé invite sur scène une galerie de Gens qui se racontent en musique (mais qui, pour des raisons logistiques et budgétaires, sont tous interprétés par elle).

Le samedi 8 décembre, si GiedRé sera encore au théâtre Jacques-Coeur ce sera pour assurer la co-présidence, associé à Pierre-Emmanuel Barré, du tremplin des jeunes talents, à partir de 15h00. Une petite dizaine de candidats ont été sélectionnés parmi plus de vingt concurrents potentiels. Un prix du jury, qui donne accès au festival de l’année suivante, et un prix du public, qui donne accès à la scène de La Soupe aux Choux à Bourges, seront attribués. En soirée, toujours sur la scène du théâtre c’est Tanguy Pastureau qui viendra avec son Tanguy Pastureau n’est pas célèbre.

La programmation 2018 se devait d’avoir une tête d’affiche et Hélène Emeret s’était fixée pour objectif, lors d’une future édition du festival berruyer, de faire venir, un jour, Didier Bénureau. Moralès, Jean Coquetot, le curé fou et tous les autres personnages de l’univers impitoyable de Didier Bénureau, dans un best-off dont il a le secret, seront présents dès cette année, dimanche 9 décembre, sur la scène du théâtre Jacques-Coeur.

Pratique : Entrée- 5 euros pour le Tremplin ; 12 euros pour Doully ; 22 euros pour GiédRé et Tanguy Pastureau ; 28 euros pour Didier Bénureau. Pour le salon des vins, le droit d’entrée est de 3 euros avec verre de dégustation.

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email