- rejoignez-nous sur facebook pour avoir les dernières infos -

Un hangar géant sur l’aéroport dans trente mois

Châteauroux

hangar-geant

Voici un an le sujet était au centre d’une polémique entre droite et gauche. Au milieu d’un concert de louanges François Bonneau est venu lancer dans les locaux de l’aéroport l’énorme chantier du hangar.

Les contrats records se succèdent, il y a de plus en plus d’avions dans le monde et il faudra de la place pour assurer leur maintenance. C’est l’idée qui a présidé au projet de construction d’un hangar géant sur l’aéroport de Châteauroux. Une cathédrale industrielle de 100m x 100m de 30 mètres de hauteur, capable d’accueillir en même temps un Airbus 380 et quelques petit avions. Un volume que l’on peut difficilement s’imaginer même si quand on va sur le chantier, Mark Bottemine, le patron de l’aéroport, explique que le bâtiment sera deux fois plus haut que l’actuelle tour de contrôle. Il faudra d’ailleurs construire également une nouvelle tour de contrôle.

L’an dernier à la même époque, les candidats de droite parlaient de propagande électorale, lorsque le candidat François Bonneau est venu lancer les premiers travaux. Le 29 novembre les querelles électorales étaient oubliées et, beau joueur, Nicolas Forissier a félicité François Bonneau venu faire un point sur le dossier et annoncer le lancement du concours d’architectes d’un projet qui devra être réalisé dans trente mois.

Un hangar qui fera référence au plan national et international

« À Châteauroux nous offrons quarante hectares disponibles et quarante hectares de parking, c’est un atout considérable. Et c’est sans commune mesure si l’on compare les coûts de Roissy et de Marcel Dassault ». L’introduction de Mark Bottemine, le directeur de l’aéroport de Châteauroux-Déols ouvrit à François Bonneau, président de la région Centre-Val-de-Loire l’occasion de justifier la procédure choisie pour doter l‘Indre d’un équipement qui doit stimuler l’emploi dans un secteur en plein développement .

«J’entendais l’autre jour que 480 emplois ne sont pas pourvus dans notre en région. Il s’agit donc non seulement de faire pousser des murs, mais aussi de prévoir la formation pour répondre à cette offre et à celles qui vont venir. Si nous avons choisi d’engager la région dans un aspect décisionnel c’est que le secteur privé ne pouvait pas mener à bien ce projet. Pour qu’un tel chantier soit mené à bien un promoteur doit avoir des clients. Or dans ce domaine bien particulier les clients potentiels ont besoin de voir un projet déjà bien engagé. C’est pour gagner du temps que nous engageons la procédure du choix du maître d’oeuvre qui bénéficiera des études déjà menées et nous nous donnons trente mois pour livrer un hangar qui fera référence tant au plan national qu’internationale. »

Un très gros projet effectivement puisque ce hangar géant représente un investissement de 12 à 13 M€ HT auxquels s’ajoutera le déplacement de la tour de contrôle puisque la construction géante bouchera la visibilité de l’actuel équipement, soit 3 M€ HT. Un investissement supporté par la Région et remboursé par les loyers que paiera l’aviation civile pour utiliser cette structure.

« Cet investissement bénéficie de tout mon soutien, a tenu à préciser Nicolas Forissier. Il est essentiel pour la région. Le risque est maîtrisé et nous accompagnons cette décision. »

Il s’agira évidemment d‘une consultation européenne. Le lancement de l’appel d’offre pour désigner l’architecte aura lieu avant la fin de l’année.

Tours, Vierzon, Châteauroux formation renforcée en 2017

L’aspect formation n’est parallèlement pas négligé. Même s’il existe des sections qui n’affichent pas complet dès le départ il faut les faire connaître. Annie Gombert, maire du Blanc et conseillère régionale a donné l’exemple de sa section Bac pro matériaux composites qui a failli disparaitre, voici plusieurs années, faute de candidats. « Nous avons obtenu qu’elle soit maintenue. Désormais elle affiche complet. Mieux encore Centr’air l’entreprise aéronautique du Blanc veut doubler sa superficie et créera à terme une centaine d’emplois nouveaux. Or notre internat est complet et l’on refuse du monde. »

François Bonneau n‘a pas répondu directement à cette question mais a annoncé un renfort de formation à Tours, Vierzon et Châteauroux. «Il faut aussi que les chefs d’entreprises jouent le jeu car pour l’apprentissage ce sont parfois les maîtres de formation qui manquent. Pas les apprentis. »

Le serpent de mer du hangar est en passe de devenir réalité. Après la conférence de presse les élus sont allés sur le terrain en cours de déblaiement, pour se faire une idée de la taille du chantier. L‘existence d’un tel bâtiment, livré « en blanc » aux utilisateurs (compagnies d’aviation à priori) qui l’équiperont selon leurs besoins correspondra à des créations d’emplois directs, mais aussi au développement d’entreprises existantes (ateliers de peinture ATE en particulier) ou à venir. « Nous avons toute la place qu’il faut », confirme Mark Bottemine.

Pierre Belsoeur

Pour partager :Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone