Quoi de neuf… depuis 15 jours !

Laurène a renseigné une soixantaine de personnes lors de chacune de ses animations. Un composteur chez soi c’est quinze kilos de déchets ménagers en moins.

Compostez, c’est bon pour votre jardin
Laurène, étudiante en licence qualité sécurité, option développement durable à Poitiers a animé dans les communes de Châteauroux Métropole les actions de sensibilisation de « la semaine nationale du compostage ». La météo n’a pas toujours été bienveillante « Sur le marché des Marins le vent a emporté mon auvent au bout de deux heures, j’ai été obligée de plier bagages. » Elle a tout de même pu toucher un public réceptif aux composteurs classiques, ou bien aux lombricomposteurs pour les familles ne disposant pas de jardin. Dans le premier cas la décomposition se déroule naturellement dans un bac au fond de votre jardin où vous déversez régulièrement vos déchets de table (épluchures de légumes, marc de café, filtres, sachets de thé, etc…) mais aussi vos déchets de jardins (fleurs fanées, tontes de pelouse, fanes de légumes, feuilles mortes…) la seule obligation est de mélanger régulièrement votre compost et de veiller à son humidification.
Châteauroux Métropole met ces composteurs à disposition, moyennant 20 €. Contact : Centre technique municipal 5, rue Roland Garros à Châteauroux.


La gare routière, dessinée par Jacques Barge dans les années cinquante.

La gare routière va disparaître
Lors de sa séance du 29 mars le conseil municipal de Châteauroux a validé le principe de la démolition du bâtiment de la gare routière de Châteauroux, des travaux qui entrent dans le cadre du grand chantier de rénovation de la gare SNCF voisine. Le bâtiment, construit par l’architecte, Jacques Barge au milieu des années cinquante, n’a plus d’utilité puisque les billets de bus sont désormais vendus aux guichets de la gare SNCF et que le syndicat d’initiative qui l’avait occupé à la fin du siècle dernier, a déménagé.
La destruction du bâtiment va permettre de ramener un peu de verdure dans l’aménagement du secteur gare, soutiennent les édiles municipaux. Monique, la fille de l’architecte qui exerce la même profession s’étonne que l’on fasse disparaître un bâtiment de belle qualité témoignant de son époque. Les Amis du Vieux Châteauroux se sont rangés à ses côtés pour défendre la gare routière. Entre l’intérêt général et l’intérêt architectural il ne reste plus qu’à choisir. Pour le conseil municipal le choix est fait.


Marc Bottemine, directeur de l’aéroport, a guidé les les vice-présidents du Conseil Régional sur leur propriété.

Le conseil régional se décentralise
L’exécutif du conseil régional tenait la semaine dernière sa deuxième réunion décentralisée à l’espace Région Centre-Val de Loire de l’aéroport Châteauroux-Déols. L’occasion de constater que cet espace régional fonctionne bien « Plus vite que nous ne l’avions imaginé, se réjouit le président Bonneau. Non seulement les élus viennent y rencontrer nos services, mais les usagers également, surtout en matière de transports. »
Les vice-présidents ont parlé formation professionnelle, réaffirmé leur soutien à l’hôpital du Blanc. François Bonneau s’est félicité du démarrage d’Azur Med à La Châtre, évoqué le démarrage du projet de parc naturel régional entre Saint-Amand et La Châtre et annoncé que le dossier du hangar géant de l’aéroport avançait conformément au calendrier. « L’architecte est retenu, on monte en puissance, il sera livré en 2 021. » Ce déplacement à Châteauroux était justement l’occasion pour l’exécutif régional de visiter l’aéroport que certains vice-présidents découvraient.


La bulle de Belle-Isle a résonné tous le week-end des sonneries des équipages de l’Indre.

Les chasseurs tiennent salon après la fermeture
Au début il s’agissait simplement de proposer au public de découvrir les trophées de la saison, autrement dit les bois des cerfs prélevés dans les forêts de l’Indre. Une exposition pédagogique, mais manquant d’attrait pour qui n’est pas passionné de chasse. Avec ce salon de la chasse qui vient de vivre sa neuvième édition, la fédération des chasseurs de l’Indre touche un plus large public, à commencer par l’ensemble des chasseurs et leurs familles. En plus de cet espace éducation, les visiteurs ont pu préparer la prochaine saison en s’équipant de pied en cap, en rencontrant les armuriers et prenant conseil pour les choix des munitions. « La sécurité est notre première préoccupation précisait un représentant de l’association des chasseurs de sangliers et justement, le choix des munitions et le réglage du fusil en fonction de vos munitions sont des règles de base en matière de sécurité. » Autre sujet de conversation dans les allées du salon : les chasseurs auront-ils accès au centre de tir sportif qui vient d’ouvrir à La Martinerie. Entre ce que proclament les responsables de FFTir et ce que reçoivent les chasseurs, il y a à coup sûr une communication à revoir.
Pierre Belsoeur

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email