- rejoignez-nous sur facebook pour avoir les dernières infos -

Les Forçats de la faim

Le Berry a la réputation d’être une province tranquille. Et pourtant, au début de l’année 1847, un hiver difficile dû à la pénurie de blé et de pommes de terre, les habitants de Buzançais se sont révoltés. D’abord simplement, en arrêtant des voitures chargées de blé qui traversaient la ville ; une agitation qui a vite évolué en jacquerie. Après la confiscation des sacs de grains, les émeutiers ont pillé le moulin puis les maisons bourgeoises, emportant du linge, de l’argent, des objets de valeur. Des bagarres ont éclaté faisant deux morts, un bourgeois et un émeutier. Dans Les Forçats de la faim, Léandre Boizeau raconte de façon détaillée cet évènement dramatique qui a conduit les malheureux condamnés, qui n’étaient pas les seuls fautifs, au bagne pour certains et même à l’échafaud pour trois d’entre eux.

Le récit très maîtrisé est un roman basé sur des recherches minutieuses qui nous plonge dans le Berry souffrant de 1847 (la dernière année de la royauté en France). L’auteur montre bien la misère qui sévissait un peu partout et particulièrement dans l’Indre, il montre aussi l’inconscience brutale des émeutiers (amplifiée par l’abus d’alcool), il montre enfin l’indigence des services publics et de l’appareil judiciaire qui a désigné des coupables à la hâte et prononcé, pour l’exemple, des sanctions démesurées. En annexe, les condamnations qui ont été prononcées dans l’Indre, à la suite des émeutes qui ont troublé diverses communes du département, sont résumées par Yvon Bionnier. Les Forçats de la faim est un livre passionnant, une page très concrète de l’histoire de France qui nous aide aussi à comprendre les conditions de vie de nos ancêtres berrichons.

B.E.

Léandre Boizeau,
Les Forçats de la faim,
Bouinotte Editions, 2016.

Pour partager :Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone