- rejoignez-nous sur facebook pour avoir les dernières infos -

Enfin un coin de ciel bleu sur Fenwal avec Azur-Med

fenwal-le-17-11-2016

Deux industriels rejoignent Fenwal pour réindustrialiser le site castrais. D’ici trois ans, La Châtre devrait compter 150 emplois supplémentaires… et un vrai dynamisme industriel dans le secteur médical.

Le sourire était de rigueur, en particulier sur le visage de Thomas Graf, le patron de Fenwal France, qui sortait la tête haute d’une épreuve qui aura duré trois ans : « Ce n’est évidemment jamais agréable d’avoir à mettre en place un plan social et aujourd’hui l’annonce de cette solution qui garantit l’avenir du site est un grand soulagement pour le chef d’entreprise, mais aussi pour l’homme que je suis. »

Il ne s’agit pas de mettre le patron allemand sur un piédestal, mais de reconnaitre que son entreprise, à la différence de tant de multinationales, a géré efficacement les suites de l’accident industriel de 2014. Il faut dire aussi que les pouvoirs publics : l’Etat, la région, le département et la communauté de communes ont fait bloc pour défendre ce site industriel, tout comme le personnel dont la détermination sans faille a maintenu le groupe Fresenius sous pression.

Le plan social de l’entreprise allemande Fenwall, supprimant, dans un premier temps 338 de ses 461emplois dans son usine de production de poches de produits sanguins, aux portes de La Châtre avait été un véritable séisme. Un accord avec l’Etablissement Français du sang (ESF) avait permis de ramener ce chiffre à 220. Le PSE s’accompagnait d’une obligation de rechercher des entreprises susceptibles de développer de nouvelles activités sur le site. Sur les 2000 entreprises contactées 11 se sont montrées intéressées, six ont visité le site et c’est finalement Azur-Med qui a été retenue.

Azur-Med une nouvelle société

Ceux qui avaient assisté en juin à la présentation du projet de reprise par les différents partenaires locaux dans les salons de la préfecture s’étonnaient de l’absence des repreneurs et de leur silence tout au long de l’été. Cette fois nous avons bel et bien rencontré Jean-Louis Escoffier, patron de la société éponyme installée depuis sa création, voici cinquante-huit ans, sur les bords du lac Léman et son coéquipier Jean-Bernard Langlois patron de DPI International créée voici six ans à Chalens, dans le Doubs.

« Lorsque je suis venu visiter l’entreprise, avoue Jean-Louis Escoffier, ma réponse a été non : trop isolée. Elle est en revanche devenue beaucoup plus intéressante lorsque j’ai rencontré Jean-Bernard Langlois et que nous avons bâti en commun un projet de développement de nos entreprise. Là il s’agissait de fabriquer du matériel médical à durée de vie courte et la proximité de Paris, la présence d’une main d’œuvre qualifiée et l’espace devenaient de véritables atouts… de même que la disponibilité des élus locaux et de leurs services. »

Un nouveau bâtiment

Si nous n’avions pas pu obtenir de renseignements sur Azur-Med c’est que l’entreprise est en cours de création. « Nous avons trouvé le nom en attendant un train sur le quai de la gare de Lyon » assure Jean-Louis Escoffier, qui n’en dira pas davantage sur la signification d’Azur-Med. Ce qui va intéresser beaucoup plus les salariés potentiels de la nouvelle entreprise c’est qu’Azur-Med s’installera dans le premier trimestre 2017 dans la partie libre de l’usine de La Châtre mise à sa disposition par Fenwal de bureaux et salle blanche (salle ou la concentration particulaire est maitrisée afin de ne pas polluer les produits qu’on y fabrique), le temps de construire un deuxième bâtiment. « Nous avons signé le contrat ce matin (le jeudi 17 novembre) pour 1085 m2 de salle blanche, 412 m2 de bureaux et 430 m2 de magasin, explique Jean-Bernard Langlois. Nous allons démarrer l’activité au printemps 2017, c’est compliqué à mettre en place car il faut fabriquer les outils qui permettront la production d’équipements médicaux intégrés (injection plastique, assemblage, emballage). On ne vient pas ici pour deux ans, notre métier se construit sur la durée et on s’inscrit dans une durée de vingt ans.»

D’ici trois ans Azur-Med devra avoir déménagé pour s’installer dans le nouveau bâtiment car Fenwal n’exclut pas une montée en puissance de son activité pour le compte du groupe Cerus.

La présence de deux entreprises sur le site de La Châtre est évidemment une nouvelle réconfortante pour Nicolas Forissier, président de la communauté de communes. Ce dernier souhaite aller encore plus loin en attirant à leurs côtés des start-up innovantes dans le domaine du médical.

Pierre Belsoeur

Pour partager :Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone