Bains-Douches : le nouveau directeur devra redynamiser les troupes

Annie Marchet a désormais un nouveau directeur à ses côtés : Sylvain Dépée.

L’assemblée générale a été animée. Le remerciement de Florence Leclerc, au terme de sa période d’essai, a laissé des traces. Annie Marchet a fourni aux adhérents les explications réclamées. Place désormais à Sylvain Dépée.

Le mandat d’Annie Marchet, présidente de l’association des Bains Douches de Lignières n’était pas renouvelable. Il n’y avait pas de révolution à attendre au terme de l’assemblée générale. La présidente a retrouvé son siège après la réunion du bureau, complété au terme de cette assemblée à la quasi unanimité. Néanmoins les administrateurs démissionnaires, lorsqu’il a fallu trancher sur la période d’essai de Florence Leclerc et les amis de cette dernière ont mené un baroud d’honneur, contestant la méthode employée. Logiquement, si le rapport d’activités a été adopté à l’unanimité, treize voix se sont opposées au rapport moral de la présidente (adopté par 107 voix) et une vingtaine d’abstentions ont témoigné de cette mini-fronde lors de la modification des statuts.

Une modification, ou plus exactement un toilettage qui a tout de même permis a quelques adhérents de prendre connaissance de leur contenu… et de s’intéresser aux visages de ceux qui se dévouent pour faire tourner l’association. Une communauté associative oublie ses statuts lorsque les relations sont au beau fixe, mais il faut bien s’y référer en cas de problème. Annie Marchet s’attendait à entendre des avis discordants, mais la violence de la contestation, pour ce qui sera sans doute son avant dernière assemblée générale, l’a émue… tout comme le soutien que lui ont apporté certains adhérents.

Cela dit le bilan de l’exercice 2017 est positif, avec un léger excédent de clôture, grâce en partie à l’excellent remplissage des spectacles de l’Air du Temps et à une gestion particulièrement serrée. Avec ses huit salariés Les Bain Douches organise au moins une manifestation par semaine (spectacles mais aussi animations dans les écoles, audition publique des artistes en résidence etc.)

Dès 2018 mais encore plus sûrement en 2019 la masse salariale, actuellement contenue à un niveau très inférieur aux autres structures culturelles du même type, va fortement augmenter : Jean-Claude Marchet ne touchait qu’une partie de son salaire de directeur et Annie était directrice adjointe à titre bénévole. Le directeur qui prendra ses fonctions en septembre touchera, lui, un salaire complet et il faudra embaucher une personne pour soulager les salariés qui se répartiront les dossiers traités par Annie.

« Il faut donc travailler sur le sponsoring, le sponsoring privé en particulier, en informant les donateurs des réductions d’impôts qui récompenseront leur générosité. »

Un projet artistique, culturel et territorial

Annie Marchet restera encore un an à la tête de l’association, en revanche Jean-Claude n’aura plus de rôle officiel à partir de septembre. C’est donc tout naturellement aux côtés de Sylvain Dépée que la présidente a terminé cette assemblée générale. Le nouveau directeur ne présentera son projet « artistique, culturel et territorial » qu’au mois de septembre. D’abord parce qu’il est toujours salarié du Pays d’Issoudun et parce que l’avenir immédiat, la programmation du deuxième semestre, a été l’affaire de Jean-Claude Marchet. Il est toutefois venu se présenter aux adhérents des Bains Douches.

Sylvain Dépée est loin d’être un inconnu à Lignières. L’ancien journaliste de France Bleu fait partie depuis douze ans de l’équipe des Bains-Douches. Il a même siégé au conseil d’administration. Il s’était mis sur les rangs en 2017 mais avait complètement raté son passage devant le jury. Un mal pour un bien, il ne pensait pas que le poste serait aussi rapidement vacant et a pu tirer les enseignements de sont premier échec pour présenter un dossier « béton ».

Un dossier bien dans la ligne de ce qu’il propose « Fils de maçon, j’entends bâtir la maison des chansons. Pas un temple, ni une chapelle, mais un lieu où toutes les chansons auront leur place. Un lieu ancré dans son territoire, un territoire auquel les Bains Douches sont indispensables comme l’ont rappelé tous ceux qui ont pris la parole lors de l’AG, contestataires compris. « Il n’y a pas de disputes dans les couples qui ne s’aiment pas, estime Sylvain Dépée. Vous venez d’avoir la preuve que vous vous aimiez et que vous aviez envie que les Bains Douches continuent. » En septembre Sylvain viendra « en arpète, avec beaucoup d’humilité » découvrir sa maison. « On commence par être apprenti avant d’être patron. »

Et le futur patron a repris des paroles du chanteur Ben Maze pour conclure :

« Faire tout ce qui est possible pour que ça reste vivant, vivant, vivant ».

Pierre Belsœur

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email