- rejoignez-nous sur facebook pour avoir les dernières infos -

5e salon du livre de Vierzon

Littérature

vierzon-2

Samedi 19 novembre au Centre des congrès

A Vierzon, le salon du livre, au fil des années, grandit avec une belle ampleur. Pas moins de 84 auteurs seront attendus en ce samedi 19 novembre, de 10 heures à 18 heures.

Les gens de l’association, dont Jean Caligary, ancien libraire, Jean Catinaud, de la librairie-maison de presse Plein Ciel, rue Voltaire, et Isabelle Duchaussoy de l’Espace Culturel Leclerc se sont démenés comme de beaux diables pour faire de ce salon un événement culturel et littéraire majeur dans le Berry et en Sologne, voire au-delà. Déjà, quelques têtes d’affiche seront présentes pour, à coup sûr, attirer un public nombreux. Parmi elles, on peut noter la présence de Sophie Chauveau, qui a publié chez Gallimard « La fabrique des pervers », ainsi que celle de Raymond Poulidor, notre Poupou national. On notera également celle de Claude Cancès, ancien patron du 36 Quai des Orfèvres.

Parmi les locaux de l’étape, l’incontournable Jean-François Jacq sera bien là, accompagné de son inénarrable frère jumeau Olivier, venu présenter son dernier polar décalé : « Les canailles s’encanaillent ». Autre voisin, Jean-Pierre Ferrère viendra vous faire découvrir sa nouvelle saga « Fifrelin », après le succès notoire de la série « Félide ».

Les éditeurs de la région Centre seront aussi bien représentés. Parmi eux, « La Bouinotte », avec entre autres la présence de Xavier Viallon, Alain Rafesthain et de Pierre Belsoeur. Egalement sur le salon, les éditions De Borée seront bien mises en valeur grâce à Albert Ducloz, Jean Baptiste Luron et Michel Benoit.

Les éditions CPE-Marivole, elles, seront largement représentées grâce à la présence de Michèle Dassas, Philippe Claire, Jacky Naubron, Maud Brunaud, Marieke Aucante, Jean-Claude Fournier, Didier Callot, Jany Huguet et Serge Camaille.

Diverses conférences et apartés viendont compléter cette belle journée livresque.

Tous les courants littéraires étant représentés, c’est donc avec un optimisme légitime que les organisateurs attendent un public encore plus nombreux que l’année dernière.


Seront notamment présents :

Michèle Dassas présentera son dernier roman Sous le nom de Clothilde

michele-dassas-lps-couleur

Sous le nom de Clotilde

Marseille, novembre 1873. Jules, jeune rentier, se réjouit d’un rendez-vous galant. Le sort en décide autrement. Ses amours contrariées par le décès subit de la jeune femme provoquent en lui un désir et des regrets qui tournent à l’obsession, et le plongent peu à peu dans la dépression. Sur les conseils de ses amis, Jules va, en guise de thérapie, entamer une enquête sur le passé énigmatique de la belle Clotilde, qui le mènera dans différents lieux de Paris et en Bourgogne. Guidé par le carnet intime de la disparue, des lettres trouvées à son domicile, et surtout par Marie, la chanteuse de cabaret rousse, arrivera-t-il à percer le mystère qui plane autour de la défunte, dont la personnalité apparaît plus complexe qu’au prime abord ? Pourquoi a-t-elle changé de nom ? A Marseille, elle se faisait appeler Clotilde, alors que six ans plus tôt à Paris, elle était Adeline. Comme si la jeune femme possédait une double personnalité : Adeline la sage, Clotilde la maîtresse ? Ou pire encore, la fille de joie ?… Que trouvera-t-il au bout de l’aventure ? La paix de l’esprit ou le néant ? La vie et l’amour seront-ils plus forts que la mort ? Un regard sur un destin de femme et une étude de la condition féminine à l’époque d’Offenbach et de Zola…

Maud Brunaud dédicacera ses deux derniers ouvrages au style résolument différent : Talons aiguilles et chapeau de paille, « gossip » de campagne à l’humour ravageur et Face à elle, enquête policière conduisant l’héroïne de Paris aux étangs de la Brenne.

maud-brunaud-lps-mag

Talons aiguilles et chapeau de paille

Des vacances à la campagne, dans le fin fond du Berry… INIMAGINABLE ! C’est pourtant ce qui attend Amanda, jeune Parisienne branchée, née avec des talons aiguilles et un sac de shopping dans chaque main, capable de courir un marathon dans les Galeries Lafayettes et de semer toutes les touristes japonaises. Suite à un concours de circonstances, elle se retrouve propulsée dans la campagne berrichonne avec pour fidèles compagnons une chèvre capricieuse et un coq belliqueux. L’été s’annonce torride … et notre fashionista n’est pas au bout de ses surprises. Et finalement si le bonheur était dans le pré ?

Face à elle

Paris, le métro, la Tour Eiffel, les musées, Montmartre, les Champs-Élysées… Le luxe, les paillettes, les plaisirs, la vie de bohème, les journaux, le boulot… et sur un quai de la Seine, le corps d’une inconnue. Assassinée. La Brenne, à des kilomètres de là ; les mille étangs, la famille… mais la même souffrance ; la même solitude ; les mêmes souvenirs. Face à face. Des pièces à assembler, une vie à recomposer, un crime à élucider…

Jany Huguet présentera ses deux derniers beaux livres : Les Marques Emblématiques Disparues et Les Tracteurs emblématiques, aux éditions Magasin Pittoresque

Un nouvel épisode de la saga « Voitures emblématiques » vient de paraître, quel place prend-il dans la collection?

marques-oublies-mockup

J.H : Ce nouveau volume de la collection s’inscrit dans la continuité des précédents et dans le même esprit. Avec la modernisation de l’automobile et le transfert auquel nous assistons actuellement (standardisation, modèles hybrides ou tout électrique) l’idée m’est venue de raconter l’histoire d’anciens modèles considérés comme des objets de collections et pour certaines carrément des œuvres d’art. C’est ainsi qu’est né le premier volume « Voitures emblématiques des années 50 ». Je relate dans ce livre l’historique des principales marques et des modèles qui ont marqués la décennie (Citroën 2cv et DS, Peugeot 203, Renault4 cv, Jaguar XK150, Mercedes 190 SL……). Puis tout naturellement une second volume s’est imposé: « Les marques emblématiques des années 60 » dans lequel on retrouve les Panhard, Renault avec la R8 Gordini, Simca ou Facel Vega… Considérant que les voitures américaines ont également marquées la culture française, notamment avec les bases américaines en France comme Chinon ou Châteauroux, est paru un volume qui traite des « Belles Américaines » (Cadillac, Chevrolet, Ford, etc.). Jean-Pierre Beltoise avait gentiment accepté de faire la préface de chaque volume de la collection, il n’a pu faire que celle des deux premiers car il nous a malheureusement quitté en Janvier 2015. La structure de chaque livre est constituée par un historique de la marque, l’histoire du ou des modèles emblématiques correspondants et quelques fiches techniques. Pour les trois premiers volumes j’avais demandé à mon ami Gérard de nous relater quelques anecdotes pour resituer les voitures dans leur contexte de l’époque.

Gérard Bardon

Du même auteur :

Les Tracteurs emblématiques

mockup-tracteurs-emblematiques

Avant la Première Guerre mondiale, le milieu agricole était figé dans son environnement et les fermiers n’avaient que des outils manuels pour travailler, d’où les faibles rendements. Il fallait du temps pour aller d’un champ à l’autre, et encore plus pour le labourer ou faucher la récolte. Par ailleurs, la pénibilité du travail de la terre fatiguait les hommes et leur famille. Seule la force des animaux pouvait augmenter celle de l’homme. La guerre de 14/18 a précipité les choses et accéléré le développement mécanique. Les tracteurs sont apparus dans les campagnes pour faciliter le travail des exploitations agricoles. L’arrière-grand-père ou le grand-père ont vécu cette modernisation, assistant à l’apparition des tracteurs Mac Cormick rouges, des SFV (Société Française de Vierzon), des tracteurs John Deere de couleur verte, des Massey-Ferguson… Cet ouvrage s’adresse donc à tous les passionnés du monde agricole et de son histoire. Allez à la rencontre du « P’tit Gris » et découvrez les tracteurs fabriqués par de grandes marques automobiles comme Porsche, Renault, Ford ou Fiat. Lisez leurs histoires, apprenez leurs caractéristiques et regardez les splendides photographies de chacun d’entre eux.


Retrouver l’interview exclusive de ces deux femmes, Maud Brunaud et Michèle Dassas dans Le Petit Solognot Magazine d’automne 2016 en vente dans toutes les maisons de presse.

promo-mag-78

Pour partager :Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com